Gestion de la douleur

Parent avec Douleur Chronique : Conseils pour Intégrer l’Activité Physique

parent avec douleur chronique

Quand on est jeune parent, jongler entre les demandes incessantes des enfants et une douleur chronique peut sembler compliqué. Pour ceux d’entre nous qui vivent avec cette double réalité, chaque journée peut être un ascenseur émotionnel et physique. Cependant, malgré ces défis, il est possible de trouver un équilibre et de profiter pleinement de la vie. Dans cet article, nous explorerons des stratégies pratiques pour les jeunes parents et les personnes souffrant de douleurs chroniques, pour les aider à intégrer l’activité physique dans leur quotidien chargé et à trouver un nouvel élan de bien-être et de vitalité.

Comprendre l’Impact de la Douleur Chronique sur la Parentalité

comprendre l'impact de la douleur chronique sur la parentalité

Les personnes souffrant de douleur chronique sont perturbées par les symptômes persistants et parfois imprévisibles. Pour les parents, cette réalité est encore plus compliquée. Les responsabilités parentales deviennent un véritable parcours d’obstacles lorsqu’elles se heurtent à cet ennemi invisible qu’est la douleur.

Vivre en permanence avec un compagnon indésirable

La douleur chronique est bien plus qu’une simple gêne ou inconfort : c’est un compagnon constant, qui modifie la perception des tâches quotidiennes. Du matin au soir, chaque action, chaque décision est prise de façon différente, suivant que la douleur soit présente ou pas. Ce qui est accompli avec peu de réflexion certains jours nécessite plus de planification lorsque la douleur est trop importante.

L’équilibre précaire entre les besoins personnels et parentaux

Les parents souffrant de douleur chronique doivent jongler avec deux impératifs : répondre aux besoins de leurs enfants et gérer leur propre douleur. Cela crée un équilibre précaire : la priorité est donnée aux enfants, mais cela peut entraîner de la douleur et de l’épuisement, rendant les obligations parentales encore plus difficiles.

La communication, clé de la compréhension mutuelle

L’un des aspects les plus compliqués de la vie avec la douleur chronique est qu’elle ne se voit pas. Les enfants,surtout les plus jeunes, peuvent avoir du mal à comprendre pourquoi maman ou papa ne peut pas jouer avec eux. Il est primordial d’établir un dialogue sur la douleur, adapté à l’âge de l’enfant, pour favoriser une compréhension mutuelle et un soutien familial. Un enfant est tout à fait capable de comprendre. Par exemple, si vous souffrez du dos et que vous expliquez à votre enfant que cela vous empêche de le porter trop longtemps, il sera content de vous aider et de marcher…

Trouver de la force dans la vulnérabilité

Il faut accepter le fait que certaines journées seront plus difficiles que d’autres. Reconnaître ses limites et s’autoriser à demander de l’aide ou à prendre du repos quand c’est nécessaire, sont indispensables pour maintenir une vie familiale équilibrée. Cela enseigne également une leçon de résilience et d’acceptation aux enfants.

En faisant face à ces réalités, les parents souffrant de douleur chronique peuvent commencer à gérer la complexité de leur situation. C’est en reconnaissant et en acceptant les défis de la parentalité associée à la douleur chronique que l’on peut trouver un équilibre plus harmonieux et épanouissant.

Planification et Organisation pour Intégrer l’Activité Physique

planification et organisation pour intégrer l'activité physique

Intégrer l’activité physique dans notre quotidien exige de la motivation et de l’organisation, particulièrement quand on jongle entre les responsabilités parentales et la gestion de la douleur chronique. Voici des stratégies pour vous aider à y parvenir.

Établir des Objectifs Réalisables

Un mode de vie plus actif commence avec des objectifs clairs et réalisables. Utilisez la méthode SMART pour définir vos buts : Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes, Temporellement définis. Par exemple,votre premier objectif peut être des promenades de 10 minutes trois fois par semaine, puis vous augmentez progressivement la durée en fonction de la douleur.

Créer un Planning Flexible

Si vous avez des douleurs chroniques quotidiennes, il est indispensable d’être flexible. Vous pouvez élaborer un emploi du temps qui tienne compte de vos bonnes et mauvaises journées. Les jours où vous vous sentez bien, privilégiez des séances d’activité physique plus longues ou plus intenses. Durant les périodes plus difficiles, préférez des activités douces comme le yoga ou la méditation.

Anticiper et Planifier

Anticipez les obstacles à l’exercice et trouvez des solutions pratiques. Si le temps ou l’énergie vous manquent, faire des séances d’exercices courtes mais régulières sera une méthode parfaite. En effet, il est plus efficace de faire des séances courtes et répétées, plutôt qu’une séance longue occasionnelle, qui risquerait de déclencher de la fatigue et de la douleur. Par exemple, vous pouvez intégrer des activités physiques dans les routines familiales, comme des promenades après le dîner, du vélo après la sieste…

Adapter les Activités

Il est primordial de trouver des activités physiques qui n’augmentent pas votre douleur. Des activités à faible impact, comme la marche, la natation, le vélo, ou des exercices adaptés à la maison, peuvent être idéales. N’hésitez pas à demander conseil un professionnel de la santé ou un spécialiste du sport santé pour mettre en place un programme adapté à votre situation.

Le Soutien de la Famille

Impliquez votre famille dans votre démarche. Non seulement cela renforce les liens, mais cela crée également un soutien mutuel. Des activités simples et amusantes, adaptées à tous les âges, encouragent l’engagement familial et respectent vos limites physiques.

Garder une Trace de vos Progrès

Gardez une trace de vos séances d’activité physique, cela peut vous aider à rester motivé, et cela vous permettra aussi d’identifier les activités qui vous conviennent le mieux. Un journal, une application ou même des notes sur votre téléphone peuvent servir à suivre vos progrès, vos sensations pendant et après l’activité, ainsi que l’impact de l’exercice sur votre douleur.

En adoptant ces stratégies, vous pourrez intégrer l’activité physique dans votre routine de manière plus sereine et efficace. Rappelez vous que chaque petit pas est un progrès qui peut vous aider à rester motivé et à ajuster en fonction de vos capacités et de vos besoins.

Sélection d’Activités Physiques Adaptées

activité adaptées à la douleur chronique

Pour les parents ayant des douleurs chroniques, choisir les bonnes activités physiques est crucial pour ne pas aggraver leur état tout en restant actifs. Voici des suggestions d’activités adaptées et des conseils que vous pouvez intégrer dans votre vie de famille.

Privilégiez les Activités à Faible Impact

Les activités à faible impact sont celles qui ne provoquent pas de choc. Elles sont particulièrement recommandées car elles minimisent le stress sur les articulations tout en fournissant les bénéfices de l’exercice physique. Il y a la natation, par exemple, excellente pour renforcer le corps sans pression excessive sur les articulations. Vous pouvez profiter de séances de « bébé nageur », ou de cours de natation pour vos enfants, pour vous aussi aller à la piscine et nager, ou marcher dans l’eau, ou encore faire des exercices type « aquagym ». Ayez à l’esprit que les exercices dans l’eau sont plus faciles à réaliser, et qu’ils vous permettront de faire des progrès plus rapidement. Je recommande aussi le Yoga et le Pilates. Ils associent un travail sur la flexibilité et sur renforcement musculaire, avec la possibilité d’adapter chaque posture à votre niveau de confort et de capacité. 

Marche : La Simplicité Efficace

La marche thérapeutique est une activité accessible et modulable. Une courte promenade quotidienne peut améliorer votre santé cardiovasculaire, votre humeur, et votre gestion de la douleur. Marcher avec vos enfants peut aussi devenir un moment privilégié de découverte et de partage, adapté à tout âge. Vous pouvez par exemple marcher, pendant que votre jeune enfant fait du vélo à vos côtés. Ou encore avec de plus grands enfants faire du vélo avec eux, en utilisant un vélo à assistance électrique si nécessaire. Cette activité vous permettra de partager avec vos enfants, réduira votre stress, et vous mettra de bonne humeur grâce à la libération d’endorphines : cela aura en plus un effet positif sur votre relation avec vos enfants !

Intégrez l’Activité Physique dans les Jeux avec les Enfants

Transformer l’activité physique en jeu est une excellente façon d’impliquer toute la famille. Des chasses au trésor dans le jardin, la danse, ou même des séances de yoga en famille, peuvent rendre l’exercice amusant pour tous. Les séances de stretching et d’étirement sont faciles à faire avec les jeunes enfants. Souvent ils sont très souples, et ils trouvent amusant de prendre ces postures « bizarres » ! Pensez que les enfants aiment faire comme nous, c’est gratifiant, et vous leur ferez plaisir tout en vous faisant du bien. 

Adaptez les Activités en Fonction des Niveaux de Douleur

Il est important d’écouter votre corps et d’ajuster vos activités en fonction de vos sensations. Les jours plus difficiles, privilégiez des étirements doux ou des séances de méditation guidée pour maintenir une activité physique sans surcharger votre corps. N’oubliez pas que le plus important est la constance plutôt que l’intensité. Avec la constance vous créez des habitudes, c’est la meilleure façon de persévérer et de rester motivée.

Utilisez des Applications et des Ressources En Ligne

Si vous manquez d’inspiration, ou si vous ne connaissez pas d’exercices qui soulagent les douleurs chroniques, de nombreuses applications et vidéos en ligne proposent des séances d’exercices, y compris des options à faible impact et des routines spécialement conçues pour les personnes souffrant de douleurs chroniques. Elles peuvent vous fournir une structure et des idées nouvelles pour garder votre routine d’activité physique intéressante et adaptée à vos besoins. 

Je vous conseille de faire un plan d’entraînement chaque semaine, dans lequel vous mettez des activités complémentaires: des assouplissements sous forme de Yoga ou stretching, du renforcement musculaire grâce au Pilates à la natation ou au vélo, des activités ludiques avec les enfants … et chaque jour, en fonction de votre forme, vous piochez dans telle ou telle activité. 

En intégrant ces activités dans votre quotidien, vous pourrez non seulement améliorer votre gestion de la douleur mais également renforcer les liens familiaux à travers le partage d’expériences positives et actives. Chaque activité doit être choisie avec soin pour assurer qu’elle apporte joie et bien-être à tous, sans risque d’aggravation de vos douleurs.

Techniques de Gestion de la Douleur et de Récupération

technique de gestion de la douleur et récupération

Adopter un mode de vie actif tout en gérant la douleur chronique nécessite une attention particulière à la manière dont nous prenons soin de notre corps avant, pendant, et après l’exercice. Voici des stratégies pour vous aider à gérer la douleur et à favoriser une récupération efficace.

Préparation à l’Activité Physique

• Échauffements doux : Avant toute activité, consacrez quelques minutes à un échauffement pour préparer votre corps. Cela peut inclure des exercices de mobilité ou une marche tranquille. L’idée est de signaler à votre corps qu’il va bientôt devoir fournir un effort.

• Hydratation : Une bonne hydratation est cruciale. Boire de l’eau avant, pendant, et après l’exercice aide à maintenir la performance et à prévenir les blessures. L’idéal est de boire entre 1,5 et 2 litres d’eau par jour. Cela peut être une façon aussi de faire prendre conscience à vos enfants de la nécessité de boire régulièrement .

Techniques Pendant l’Exercice

• Respiration consciente : Se concentrer sur votre respiration pendant l’exercice peut aider à contrôler la douleur. Les techniques de respiration profonde peuvent aussi améliorer l’oxygénation de vos muscles et réduire les tensions. La respiration est très utilisée aussi en Pilates et en Yoga, elle favorise la concentration et le travail des muscles profonds.

• Modulation : Apprenez à écouter votre corps et à reconnaître les signaux qu’il vous envoie. Ainsi vous saurez quelle type de séance sera adaptée au moment. Pensez  à faire des pauses si nécessaire et ajustez l’intensité de l’activité en fonction.

Après l’Exercice : Récupération et Gestion de la Douleur

• Refroidissement : Intégrez une période de refroidissement à la fin de votre séance d’exercice, car il est déconseillé de s’arrêter brutalement. La marche lente ou des étirements doux, permettent à votre corps de revenir progressivement au repos.

• Techniques de relaxation : Des méthodes telles que la méditation, la respiration de pleine conscience, le yoga Nidra, ou même une simple écoute de musique relaxante peuvent aider votre corps à récupérer et à gérer la douleur post-exercice.

•     Techniques complémentaires : la chaleur sous forme de compresses, de bains chauds…  soulage la douleur et favorise la récupération.

Surveillance de la Douleur

Il est crucial de surveiller attentivement votre douleur et de reconnaître les signes d’aggravation. Si une activité spécifique semble régulièrement aggraver votre douleur, il peut être nécessaire de l’ajuster ou de la remplacer par une autre plus douce. Pensez à consulter un professionnel de la santé pour évaluer votre plan d’exercice et vos techniques de gestion de la douleur.

En intégrant ces pratiques dans votre routine, vous pouvez non seulement augmenter votre capacité à pratiquer une activité physique, mais aussi améliorer significativement votre qualité de vie. La clé réside dans l’équilibre et l’écoute attentive de votre corps, vous permettant ainsi de bouger de façon sereine sans peur.

Trouver du Soutien et de la Motivation

trouver soutien et motivation

La persévérance peut être facilitée par un soutien solide et des sources de motivation bien identifiées. Voici comment cultiver ces aspects essentiels.

Construire un Réseau de Soutien

• Communautés en ligne : Des forums et groupes sur les réseaux sociaux peuvent offrir un espace d’échange et de partage d’expériences. Rencontrer des personnes qui traversent des situations similaires peut être rassurant, et la possibilité d’échanger permet de se rendre compte qu’on est pas seul à être parent avec des douleurs chroniques.

• Famille et amis : Informez vos proches de vos défis et de vos objectifs. Leur compréhension et leur encouragement peuvent vous donner la force de continuer, même dans les moments difficiles. Et quand on en a parlé autour de soi, on se sent toujours un peu plus obligé de continuer…toujours

• Professionnels de santé : Que ce soit un médecin, un kinésithérapeute ou un entraîneur en sport santé, leur compétence peut être précieuse pour adapter votre activité physique à vos besoins spécifiques en matière de gestion de la douleur.

Cultiver la Motivation Intérieure

• Fixez des objectifs personnels : Avoir des objectifs clairs peut vous aider à rester concentré et motivé. Célébrez chaque réussite, si petite soit-elle, pour nourrir votre motivation.

• Trouvez votre “pourquoi” : Réfléchissez aux raisons profondes qui vous poussent à vouloir être actif. Que ce soit pour pouvoir jouer avec vos enfants ou pour améliorer votre santé générale, gardez ces motivations à l’esprit.

• Adaptez les activités à vos goûts : L’activité physique ne doit pas être une corvée. Trouvez des exercices qui vous plaisent vraiment, cela rendra l’engagement à long terme plus facile et agréable. L’important est de se faire plaisir !

Se Récompenser et Reconnaître ses Progrès

• Récompenses : Instaurez un système de récompenses pour vous féliciter d’avoir atteint vos objectifs. Cela peut être quelque chose de simple comme un bain relaxant ou un nouvel accessoire de sport ou un massage .

• Journal de progression : Tenir un journal de vos activités et de vos sensations peut vous aider à visualiser vos progrès et à ajuster vos objectifs si nécessaire.

Être Bienveillant avec Soi-même

• Acceptez les fluctuations : Il y aura des jours meilleurs et d’autres plus difficiles. Apprendre à accepter cette réalité sans culpabilité est fondamental pour être bienveillant envers soi-même.

• Demandez de l’aide quand il le faut : Reconnaître que vous avez besoin d’aide n’est pas un signe de faiblesse. Au contraire, c’est primordial pour prendre soin de vous et de votre famille.

Le soutien et la motivation sont des composants clés pour intégrer avec succès l’activité physique dans votre vie, malgré les défis posés par la douleur chronique. En appliquant ces principes, vous aurez une vie plus active, pleine de moments de fierté et de joie partagée.

Conclusion

Être parent souffrant de douleurs chroniques comprend à la fois des défis et des victoires. L’intégration de l’activité physique dans ce parcours peut sembler compliquée au premier abord, mais elle est loin d’être insurmontable. Grâce à une planification attentive, à la sélection d’activités adaptées, à des techniques de gestion de la douleur efficaces, et au soutien de vos proches, vous pouvez non seulement atteindre vos objectifs de bien-être, mais également renforcer les liens qui vous unissent à votre famille.

Il est important de se rappeler que chaque petit pas compte. Chaque mouvement vers l’activité physique, aussi modeste soit-il, est un pas vers une meilleure qualité de vie, non seulement pour vous-mêmes mais aussi pour vos enfants. Vous leur enseignez la valeur de la santé, de la persévérance et de l’auto-soin par l’exemple, des leçons qui les accompagneront tout au long de leur vie.

Les jours difficiles peuvent survenir, mais ils ne définissent pas votre parcours. Votre force réside dans votre capacité à vous adapter, à chercher des solutions, et à trouver de la joie dans les moments partagés en mouvement. Que ce soit lors d’une promenade tranquille en famille, d’une séance de yoga doux, ou d’un moment de jeu actif avec vos enfants, chaque activité est une célébration de ce que vous pouvez accomplir malgré les obstacles.

Nous vous invitons à partager vos propres expériences, conseils, et succès dans les commentaires. Ensemble, nous pouvons construire une communauté de soutien qui inspire et encourage chaque parent à trouver son propre chemin vers le bien-être, en dépit des défis posés par la douleur chronique. Avançons ensemble vers un avenir où chaque jour est une opportunité de croissance, de joie, et de bien-être partagé.

Cet article participe à l’événement “mieux s’organiser pour profiter de la vie” du blog Bébé à table. J’adore ce blog et mon article préféré est celui-ci:

trois habitudes pour être zen au quotidien avec bébé

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

En savoir plus sur mission zéro douleur

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Vous pourriez également aimer...

25 commentaires

  1. Bonjour Anick, merci pour cet article tout à fait intéressant. Je suis papa de 4 enfants et je vis aussi avec une hernie discale (L5/S1). Pas facile de porter les enfants trop longtemps et pourtant ils adorent ça.
    Cependant, comme tu le dis, il suffit de leur expliquer et ils acceptent simplement la réalité.

    1. Bonjour Bertrand,
      Merci pour ce témoignage. On sous estime trop souvent la capacité des enfants à comprendre et à s’adapter. Tes enfants et toi en êtes un exemple parfait !

  2. a dit :

    Sympa. Merci

    1. Bonjour Xav,
      Merci pour tes encouragements.

  3. Je trouve la prise de conscience que tu formules ainsi «L’un des aspects les plus compliqués de la vie avec la douleur chronique est qu’elle ne se voit pas. » cruciale.
    Prendre conscience que l’on ne voit pas quelque chose qui existe, et qui peut être très intense, et tu étape considérable dans l’aptitude à être en relation avec l’autre.
    C’est prendre conscience de sa propre vulnérabilité comme celle de l’autre, et par conséquent, aspirer à vouloir comprendre, entendre, accueillir.
    Merci pour ce beau travail

    1. Bonjour Pascal,
      Ce n’est pas toujours facile d’imaginer quelque chose d’invisible, comme si elle n’existait pas… merci pour ton regard pertinant sur notre vulnérabilité et notre relation aux autres.

  4. a dit :

    Merci pour cet article complet. Effectivement, il est déjà difficile de vivre avec des douleurs chroniques, alors lorsqu’on est parent, c’est d’autant plus compliqué. Oser communiquer, expliquer aux enfants, demander de l’aide et intégrer l’activité physique dans la routine familiale sont des astuces essentielles. J’aime beaucoup vos conseils motivants et bienveillants pour trouver la motivation de continuer l’exercice physique.

    1. Bonjour Jeanne,
      Merci pour votre soutien et vos encouragements.

  5. a dit :

    Oui, c’est très compliqué de gérer ses enfants quand on a mal. Le plus dur est quand la douleur empêche de dormir. C’est un cercle vicieux infernal. La fatigue étant là, il y a des jours plus difficiles que d’autres. Ce n’est pas évidant de tout concilier, car rendre son emploi du temps flexible est très compliqué entre les enfants et le travail. Dans la vie toujours à 1000 à l’heure et les sollicitations qui arrivent de tout les côtés, je trouve qu’on est vite mis sur le côté si on ne suit pas le mouvement. Il est donc important de s’écouter et de se détacher du regard des autres… Merci pour toutes ces pistes de réflexion…

    1. Bonjour Camille,
      Merci pour ce témoignage. La douleur est un mal invisible, qui n’est pas toujours compris. J’espère que mes conseils vous aideront à trouver l’équilibre nécessaire pour concilier vie de famille et vie professionnelle.N’hésitez pas à me solliciter et à me faire part d’idées d’articles, je répondrai avec plaisir.

  6. a dit :

    Merci pour cet article plein de conseils apaisants ! Pas facile de souffrir de douleurs chroniques avec un ou des enfants. Je souffre depuis 3 ans et mon fils a 16 ans donc j’ai pu lui en parler et lui demander de l’aide mais c’est vrai que s’il avait été bébé, cela aurait été moins simple.

    1. Bonjour Sara,
      En effet, les douleurs chroniques sont difficiles à gérer au quotidien, et pouvoir en parler avec son enfant adolescent est une chance. Il peut vous apporter l’aide et le soutien dont vous avez besoin, cela resserre aussi le lien mère-enfant. J’espère que mon blog répondra à vos questions et vous guidera vers la non-douleur. N’hésitez pas à me faire part de vos questions et suggestions, j’y répondrai avec plaisir.

  7. a dit :

    Ca ne doit pas être facile de s’occuper des enfants lorsque l’on a des douleurs. Merci pour ton article et tes conseils.

  8. a dit :

    Merci pour cet article, c’est un sujet très important ! Il pourra encourager tous les parents qui souffrent de douleurs chroniques et leur montrer comment mieux les intégrer pour continuer à profiter au maximum de leurs enfants.

    1. Bonjour Jessica,
      Merci pour tes encouragements

  9. Stéphanie a dit :

    J’ai une spondylarthrite et les douleurs chroniques font partis de mon quotidien donc cet article fait vraiment écho en moi . MERCI

    1. Bonjour Stéphanie,
      J’espère que cet article et les prochains à venir pourront t’aider à soulager tes douleurs chroniques et avoir une meilleur qualité de vie. N’hésites pas à poser des questions et à me suggérer des idées d’articles.

  10. a dit :

    Merci pour ton précieux article ! Les douleurs chroniques sont un défi de tous les jours pour les personnes qui y sont confrontées. Comme tu le dis si bien c’est un véritable “compagnon indésirable” !

    1. Bonjour Caroline,
      Merci pour tes encouragements

  11. a dit :

    Merci pour cet article et témoignage ! L’énergie nécessaire à nos enfants, tant pour jouer, les encadrer et faire toutes les taches est considérable !

    1. Merci Renouas !

  12. a dit :

    Lorsque j’étais migraineuse chronique et que j’ai eu ma petite, les trois premières années de sa vie ont parfois étaient difficiles… Mais effectivement, la communication avec son enfant quelque soit son âge est important et ils comprennent tellement. Ainsi que le soutien de ses proches, j ai de la chance mon compagnon a toujours pu et su faire le relais dans les moments difficiles. Merci pour ton article complet et remplis de vérité.

    1. Bonjour Nathalie,
      Merci pour ton témoignage. L’entourage est primordial lorsqu’on est parent avec des douleurs chroniques. Le compagnon et les enfants sont des alliés de taille pour rester positif et avancer sur ce chemin difficile…

  13. a dit :

    J’apprécie particulièrement la manière dont tu as abordé les défis spécifiques que rencontrent les personnes qui souffrent tout en offrant des solutions pratiques et motivantes. C’est vraiment très complet, j’espère que cet article touchera beaucoup de monde 🙂

    1. Bonjour Renan,
      Merci pour tes encouragements, je suis ravie que mon article t’aie plus.

Laisser un commentaire